La bête noire

Écrire un article de blog c’est une première pour moi! Une foule de thèmes se bousculent dans ma tête. Je devrais peut-être y aller plus soft, en même temps il n’y a qu’un seul sujet qui est clair dans ma tête présentement: l’anxiété.

Cette bête noire qui m’a tenue pendant longtemps jusqu’à ce que je me soigne. Cette bête noire qui est aussi partie quand j’ai finalement graduée et eu enfin un titre de profession. Comme si cette réalisation avait effacé les années précédentes à me questionner et ruminer le passé.

À partir du moment où j’ai eu mon premier enfant, je me suis dit que plus jamais je n’attendrais d’être trop loin si jamais l’anxiété décidait de se repointer le bout du nez. Je ne pouvais juste pas, les enfants sont la priorité maintenant! Je savais les symptômes, j’étais aux aguets et j’étais même fière d’être passé au travers de plusieurs épreuves au fil des années avec la tête hors de l’eau sans trop de dégâts.

Puis, arrive le confinement de Noël. L’école à la maison à gérer au travers de mon entreprise. On travaille fort sur les difficultés de chacun des enfants, en particulier la plus vieille qui développe de l’anxiété et qui s’éteint petit à petit avec les mesures sanitaires imposées à l’école. Je savais et je le disais que je ne survivrais pas mentalement un autre épisode d’école à la maison. 

Puis arrive le printemps. La dernière ronde d’école à la maison a eu raison de ma plus vieille, elle qui avant adorait l’école et maintenant ne veux plus rien savoir et se laisse aller. Notre petit rayon de soleil n’est plus…Ça me déchire parce que je comprend tellement comment elle peut se sentir à l’intérieur. Surtout qu’à son âge elle ne peut pas mettre de mots sur ses sentiments facilement, elle nous dit qu’elle ne se sent pas bien en dedans mais ne comprend pas plus loin. On donne tout notre énergie aux enfants sans jamais avoir de repos, on essaye de leur enlever leurs soucis parce qu’à leur âge, ben les enfants devraient pas avoir de soucis. Mais la réalité c’est que nous aussi on est sur la corde raide.

Finalement, je tombe sur un article qui parle de burn-out parentale 😳 Je savais même pas que ça se pouvait mais ça résume en tout point comment je me sens! D’autant plus qu’avec la dernière année qu’on a passé c’était presque inévitable. J’essaye de lâcher prise, la fin de l’année scolaire arrive enfin, mamie prend les plus vieilles de temps en temps qui nous aide énormément! Et qui leur donne un petit boost pour continuer…

Je pense continuellement, comme une quête d’acceptation pour avancer parce que si y’a au moins quelque chose que j’ai appris, c’est que de ruminer le passé ne sert à rien. J’en viens à me rendre compte que finalement je n’avais jamais arrêté réellement de faire de l’anxiété toute ces années. Méchante claque en pleine face! Bon à différents degrés on s’entend, mais ça s’installe sournoisement cette petite bête là.

Je m’étais seulement fait une carapace, comme sur le pilote automatique. Mon chum qui me dit quelques fois que je suis froide, comme une coquille vide. Mais pourtant je les aime de tout mon cœur et je donnerais ma vie pour eux. En y repensant, oui c’est vrai que je suis froide, souvent. Pas les journées où ça va bien, je suis quand même capable de rire encore. Mais les journées difficiles où il arrive un événement stressant me mettent à zéro pour les jours qui suivent. Pendant ce temps, je suis comme dans une bulle à essayer d’avancer mais tout tourne trop vite autour de moi: j’ai l’air vide et froide. Émotionnellement je n’y suis pas et je suis vidée d’énergie 
🤷🏻‍♀️.

Le beau de la chose, c’est que maintenant je sais exactement ce qui déclenche cet état de « bulle froide ». Pour l’avenir, je me donne le droit de refuser des événements qui je sais vont le déclencher, parce que je dois être présente pour ma famille, en particulier notre grande anxieuse. 

Peut-être que c’est de fuir et de ne pas affronter la réalité. Peut-être ça ne sera que pour un moment ou plus longtemps qui sait! Mais ce que je sais, c’est que je vais mettre mon énergie avec les bonnes personnes qui se soucient de nous (et de moi) pour réussir à apprivoiser cette bête noire, encore une fois  ❤️

Si tu as envie de partager tes pensées, récit d’accouchement etc, je t’invite à écrire en privé sur Facebook ou Instagram. Ton article sera publié avec ton nom ou anonymement ❤️

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés